Jimmy W. Danger

Publié le par sonia

En anglais, certains prénoms ont des diminutifs qui sont en général plus utilisés que la forme pleine. Par exemple, on dit Dick pour Richard, comme Dick Cheney ; Bill ou Billy pour William comme Bill Gates ; Bob pour Robert comme Bob Marley  ou encore Jimmy pour James comme Jimmy Carter. Mais nous, c'est un Jimmy local qui nous intéresse: l'Abbé James Wadja alias Jimmy Danger. Cela dit, Laurent, faut pas fâcher parce que je ne ferai pas comme escampette qui t'a accusé(e) (?) à tort d'avoir volé sa poudre. Pour ne pas confondre les Bush ... euh, les Jimmy, nous allons l'appeler Jimmy W. Danger. Le Jimmy dont il s'agit ici est d'un autre type et il a d'autres problèmes. Lui est réellement dangereux et ce n'est pas du cinéma. Ses sorties malencontreuses et spectaculaires font dire qu'il est peut-être temps que la formation des prêtres inclue un module d'initiation à la diplomatie séculière ou à la gestion de conflits. Il est tellement nul en la matière.

 

Jimmy W. Danger devrait se demander pourquoi le devoir de réserve est imposé à certains corps de métiers, pourquoi dans la société de façon générale, tout le monde ne peut pas dire et faire n'importe quoi quand certains se donnent toutes les libertés. Par exemple, pourquoi la Médiature de la République a-t-elle autant de réserve? Pourquoi les magistrats l'ont-il bouclée jusqu'à ce jour? Est-ce parce qu'ils auraient peur de dire 'la vérité'? Que non! Lui qui est prêtre devrait mieux que quiconque savoir qu'il y a un temps pour se taire et un temps pour parler, et qu'une parole dite hors de son temps provoque plus de dégâts qu'elle n'en évite. Jésus qui avait une parfaite maîtrise des temps et des circonstances est demeuré dans ce principe en ne disant ni ne faisant rien en dehors de son temps. Il n'est donc pas suffisant d'être convaincu de détenir la vérité pour prendre la parole de façon inopportune dans les media. Maintenant qu'il a dit 'sa' vérité, quel impact positif a-t-elle eu sur les événements en cours dans le pays? Un prêtre, ça ne parle pas comme un citoyen lambda. Dans quelle mesure ses sorties tonitruantes ont-elles un tant soit peu ramené la paix et la sécurité à la maison? Et quand à la fin de tout cela la vérité de la victoire de Gbagbo aura éclaté, Jimmy W. Danger troquera-t-il sa soutane pour une kalach? Ou alors fera-t-il allégeance à celui dont il dit pourtant: "Comme Hérode, M. Gbagbo qui vit dans la hantise permanente de perdre son pouvoir, n'a aucun scrupule à ordonner l'usage de la force et de la violence, de la manipulation, de l'intoxication et de la propagande, à distiller la haine pour parvenir à ses fins et notamment à éliminer tous ceux qui peuvent lui porter ombrage ou constituer une menace à la conservation de son pouvoir, son objectif inavoué, dès sa prise de fonction en Octobre 2000, étant de se maintenir indéfiniment au pouvoir." ?

 

En somme, selon Jimmy W. Danger, pendant 10 ans, Gbagbo et le Fpi ont massacré de pauvres Ivoiriens qui vaquaient paisiblement à leurs occupations ; Gbagbo est le méchant qui  a conduit à la dérive le merveilleux pays laissé par Houphouet Boigny parce qu’il n'aime pas son peuple. Ce qui est dégoutant avec Jimmy, ce n'est pas vraiment ce qu'il pense de Gbagbo (c'est le seul Président qui permet à n'importe qui de dire n'importe quoi de lui), mais plutôt ce qu'il ne dit pas vis-à-vis de l'opposition (armée/politique) et qui de ce fait apparaît comme l'immaculée innocente victime de tout et comptable de rien.

 

Mais en fait, le message de l'Abbé est clair. L'impartialité ne l'intéresse pas. Il choisi son camp et se bat comme un beau diable (et c'est peu dire) pour faire pencher la balance de leur côté. A tous prix. Un abbé qui réagit comme cela est un danger social, parce que le dernier recours quand l'administration, la politique, la diplomatie et le droit ont montré leurs limites, c'est le religieux. Heureusement qu'il y a encore dans le clergé Ivoirien des prêtres qui ont un sens élevé de leur rôle dans l'histoire et qui de ce fait, évitent la mêlée. Quant au dangereux Jimmy, après nous avoir rejoints dans l'arène, il veut encore garder le sifflet à la bouche! Non, ce n’est pas juste l'abbé. D'ailleurs, ses propos sont truffés d'injustices:

-        C'est injuste de dire et de faire croire que Laurent Gbagbo est responsable de l'éclatement de la rébellion armée.

-        C'est injuste et malhonnête d'insinuer que les atrocités commises par les rebelles sont imputables au Fpi et à Gbagbo.

-        C'est injuste et scandaleux de dire que celui qui a entièrement exécuté sa part de l'APO n'aime pas son peuple.

-        C'est injuste et méchant de dire que celui qui a de bonne foi accepté (hélas) d'aller à aux élections sans désarmement ne veut pas de la paix.

-        C'est injuste et indigne d'un homme de Dieu de nier les violences et autres injustices dont se plaignent des citoyens dans le cadre de l'élection présidentielle sans donner une chance à la vérité d'être exposée à travers une évaluation du processus.

 

L'abbé, j'ai du respect pour l'homme de Dieu que vous êtes, mais étant donné que vous êtes descendu jusqu'à nous, souffrez que je vous fasse une petite leçon de bon sens: quand dans un conflit, l'une des parties dit détenir des preuves contre l'autre, le rôle du défenseur de la justice, c'est d'examiner d'abord ces preuves avant de trancher, plutôt que de suivre la foule. Non, l'abbé Jimmy W. Danger, ce n'est pas Laurent Gbagbo qui a le syndrome d'Hérode. C'est plutôt vous qui comme Pilate, considérez que la vérité dans cette affaire se trouve du côté de la foule de la communauté internationale qui ne cesse de hurler "Donne-nous Barabbas!"

 

Vox UN, vox satana.

 

Voilà, c'était les nouvelles du pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric 15/02/2011 00:12


Parlez-en à Akissi pour voir !


Zegou Seli 12/02/2011 21:01


Excusez-moi d'être hors sujet...Trouvez une femme à ce monsieur.


Eric 10/02/2011 21:47


Il est vraiment dangereux, ce Jimmy W. Il est rempli de haine et il appelle ça la vérité. Où était-il quand Les rebelles ont rasé les maisons à Duékoué dernièrement? Ou bien ça aussi c'est Gbagbo.
Prêtre partisan, insulteur, irrévérencieux, calomniateur, arrogant, méprisant, manipulateur, injuste, malhonnête, diviseur, incitateur à la violence et au désordre...vraiment dangereux