Dramane et ses FRCI

Publié le par sonia

frc.jpg      On n'avait vraiment pas besoin d'être super intelligent pour comprendre que tôt ou tard, les Frci seraient une épine dans le cou de dramane. ça y est, on est en plein dedans. Et pourtant il avait été prévenu. En effet, les différents accord négociés depuis Marcousis jusqu'à Ouaga ont eu pour constante la question du désarmement des rebelles. Ouaga a eu l'avantage de même préciser les contours de la nouvelle armée Ivoirienne. Mais le sieur Dramane ne l'netendait pas de cette oreille, lui qui n'avait que ça pour parvenir à ses fins, c'est-à-dire devenir président de la Côte d'Ivoire avec ou sans élection. Il était donc impérieux pour lui de garder sa milice en arme. C'est ainsi que malgré son approbation du désarmement en face des media, il manoeuvrait souterrainement pour maintenir le statut quo. Objectif: la présidentielle. Nous avons tous vu la mise en oeuvre de ce plan à la suite duquel, au mépris des dispositions des accords de Ouaga relatifs à la formation de la nouvelle armée, Dramane pond une ordonnance par laquelle il transforme tout simplement sa milice en force républicaine, plaçant de fait les FANCI dans une position de "rebellion" à laquelle on demande de rejoindre la "république". Comme bordel dans une armée nationale, y a pas mieux ! Le chef des FAFN  est fait CEMAG pendant que Mangou est envoyé ballader (il faut dire que lui il l'a bien cherché). Les chefs de guerre pour lesquels il était préconisé qu'ils soient mis à la retraite dans des conditions assez "sécurisantes" pour eux et leurs familles sont promus commandants puis Lieutenants-Colonels !

 Dramane a foutu le bordel dans notre armée depuis qu'il a décidé de n'accorder l'assistance financière de l'Etat qu'à ses seuls blessés de guerre pour leurs soins médicaux, instaurant de fait une discrimination injuste et défigurante. Il a foutu la merde dans l'armée en laissant prospérer au sein de ce qu'il apelle "la nouvelle armée" un faux complexe de supériorité de ses amateurs miliciens sur les professionels des FANCI qui en savent bien plus que le maniement des armes, parce que somme toute, la police, l'armée, la gendarmerie... ce n'est pas seulement une affaire de détente à presser. Or, le critère principal de recrutement de ses combattants après l'appartenance tribale, c'était justement de savoir faire boom!

 Ce truc qu'on veut peindre aux couleurs nationales et républicaines, lesquelles  refusent  manifestement d'adhérer au support, n'est qu'une milice tribale. Les djoula qui la composent dans une horrible majorité savent bien que c'est leur "chose", et on comprend alors qu'ils ne se sentent le moins du monde concernés par les multiples et improductives "mises au pas". Comment diantre pourrait-il en être autrement ? Des FAFN aux FRCI il n'y a qu'une différence d'appelation. Vétcho, Wattao, Morou, Zakaria et Chérif sont toujours les patrons. Leurs "petits" se reconnaissent toujours en eux, et il faut même croire qu'ils ont manoeuvré pour maintenir chacun un bon nombre de ses "éléments" sous ses ordres. Même Kigbafori a gardé l'équipe qui lui servait de garde personnelle pendant qu'il se faisait encore dérouler le tapis rouge à Bouaké. C'est ça le fameux Gaspm. Ce groupement dit "autonome". Dramane lui-même a sa "force spéciale" placée sous le contrôle de son cher Chérif Ousmane. 

 Cet homme a mis notre armée sens dessus-dessous. Qu'il se démerde et qu'il nous libère des tentacules de sa pieuvre. Il a eu beau se faire ministre de la défense, ses dozos n'en ont  cure. Ils continuent leurs "patrouilles" et font la loi dans leurs zones. A la périphérie de son armée, se trouvent les dizaines de milliers de "réservistes" qui rongés par le sentiment d'avoir été trahis disent se "dédommager" en "rentabilisant" leurs kalachs aux détriments des populations qui souffrent le martyr partout en Côte d'Ivoire avec les kidnappings assortis de demandes de rançons, les détentions arbitraires, les perquisitions illégales qui ne sont rien d'autre que des braquages de domiciles déguisés. Dramane menace, menace et menace, mais Amadé Ouérémi son frère continue de faire la loi dans le Far-West Ivoirien. Abobo continue d'abriter ses innombrables "commandants", Jah Gao lui-même continue de se déplacer dans la capitale avec sirènes et gyrophare, et si par malheur il lui arrivait de tomber dans un embouteillage comme ce fut le cas ce jour à Adjamé, ce sont les hauts-parleurs qui distillent aux autres automobilistes l'ordre de se rabattre sur les côtés pour laisser passer "le chef"!

Dramane comprendra peut-être maintenant pourquoi Gbagbo retenait ses hommes pendant que lui appelait de toutes ses forces la licorne, l'Ecomog et l'Onuci à appuyer l'offensive de ses chiens de guerres. 


C'était les Nouvelles du pays

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article